Réflexions

 

QUELQUES PENSEES JETEES SUR LE PAPIER…

(Sérieuses et moins sérieuses)

 

Quand je trace un trait, je pense toujours à ma femme

¤¤¤¤

Pour paraphraser le poète qui dit que « la femme est l’avenir de l’homme », j’ajouterai que
« l’homme est le passé de la femme ». Il en est même « le plus-que-parfait ».

¤¤¤¤

Les femmes, je les adore… ! Je cesse de les aimer dès qu’elles ouvrent la bouche.
- Question d’haleine… ? Pas si sûr !

¤¤¤¤

Plus que le dit du mot
Plus que le dit du geste
L’éloquence du silence

¤¤¤¤

J’ai rêvé d’une Vie plus belle que la Mort. C’est pourquoi je suis resté.


¤¤¤¤


Parole de prisonnier attendant la plaidoirie de son Avocat :
« Entre le soleil et moi, c’est une affaire de barreaux. Mon avocat ne me dira pas le contraire. »

¤¤¤¤


Affaire d’interprétation :
Ma femme, c’est fabuleux ce qu’elle peut être observatrice, dit l’un.
Ta femme, c’est fabuleux ce qu’elle peut être concierge, corrige l’autre. Mais, tout le monde peut faire un lapsus.

¤¤¤

Il est si paresseux qu’il ne fait pas son travail. Il l’exécute.

¤¤¤

C’est le poisson qui a mangé le ver.
C’est moi qui ai mangé le poisson qui a mangé le ver.
C’est le ver qui m’a mangé avec le poisson et le ver qu’il avait mangé.

¤¤¤

On ne peut pas aimer si on ne vous a pas montré à voir.

¤¤¤

Le bonheur c’est de réussir ce qu’on n’aurait jamais pensé être capable de faire.

¤¤¤

Cartables trop lourds (1):
L’enfant d’aujourd’hui porte sur son dos ce que l’enfant d’hier portait dans sa tête .

¤¤¤

Il est si paresseux qu’il attend la canicule pour peindre sa porte.
- ???
-Comme le bois rétracte à la sècheresse, ça lui en fait toujours moins à peindre.

¤¤¤

Cartables trop lourds (2) :
Si on vidait les cartables des cocktails Molotov et des kalachnikovs qu’ils contiennent, les sacs de nos écoliers seraient beaucoup moins lourds.

¤¤¤

Votre lettre, chère Madame, était si sèche que j’ai été obligé de la mouiller avant de la lire.

¤¤¤

Un père dit un jour à ses enfants : « Votre mère, c’est une sainte. Vous n’êtes pas prêts d’en changer de si tôt ; c’est moi qui vous le dis ! »

¤¤¤

Pour une nouvelle, c’est une bonne nouvelle, mais qui, somme toute, est une nouvelle qui n’est pas nouvelle. C’est plutôt une ancienne !

¤¤¤

Décidément, ces bonbons sont si immangeables qu’on devrait les appeler des mauvaismauvais.


Si la richesse, par un coup de baguette magique, venait subitement à appartenir aux gens intelligents, il y a plus d’un riche qui se retrouverait sur la paille.

¤¤¤

Le chemin de l’eau est le seul qui se referme après avoir été ouvert.

¤¤¤

« Salut Gilbert.
-Et ta femme, comment ça va ?
-Elle est morte.
-Désolé, vieux. »

Huit jours après…

« Salut Gilbert.
- Et ta femme, comment ça va ?
- Elle est morte.
-Encore !? »

¤¤¤

A l’homme ou à la pomme, tout dépend à qui on s’adresse :

« Rien ne sert de pourrir, il faut mourir à point. »

ou

« Rien ne sert de pourrir, il faut mûrir à point. »

¤¤¤

C’est du chinois ou du russe ?
-Je ne sais pas. Comme il n’a toujours pas ouvert la bouche, on ne voit pas sa langue.

¤¤¤

On a l’âge de ses artères. Les miennes sont de vieilles ruelles, pleines de fondrières !

¤¤¤

Le personnel sans bagages, qui occupe un poste par protection, a souvent plus d’orgueil que le personnel diplômé, qui occupe le même poste, sans n’avoir rien demandé à personne.


¤¤¤

CQFD :
Tu es malade. C’est la raison pour laquelle tu n’es pas bien.

¤¤¤

A son anniversaire, je lui ai apporté une bruyère et un petit pot de chrysanthème, puis, je lui ai crié bien fort : « Bon anniversaire, Marcel ! »

¤¤¤

Des éoliennes, vraiment, ce n’est pas beau…
-Attends ! D’ici quelques années, comment qu’on va te les enterrer !

¤¤¤

Que tous ceux qui sont cons et qui le savent lèvent le doigt bien haut…! C’est bien ce que je pensais. Il n’y en a pas ici… Ou alors ils s’ignorent.


¤¤¤


Le dilemme avec les cons c’est qu’ils ne savent pas qu’ils le sont. C’est la raison pour laquelle ils continuent de sévir jusqu’à ce qu’un moins con qu’eux le leur signale. Mais on n’en a pas toujours un sous la main.


¤¤¤

Il n’y a rien de plus dangereux que de vivre parmi les cons car ils ne préviennent pas quand ils vont frapper.


¤¤¤

Les rugbymen tricolores ont été si bons contre les springboks, qu’on a cru qu’ils n’étaient pas français.


¤¤¤


Je ne regarde pas l’équipe de France pour la voir gagner, mais pour savoir de combien elle va perdre. Quatre à zéro serait déjà une bonne performance.

¤¤¤

Elle était si laide que même son miroir n’acceptait plus de la réfléchir.

¤¤¤

Ne soyez pas désolée de ne pas m’avoir vu aux obsèques de votre chère maman.
Venez aux miennes. J’y serai.

¤¤¤

Elle vient de s’acheter un ensemble couleur potiron.
-La forme ne lui suffisait donc pas qu’elle voulait aussi en avoir la couleur ?

¤¤¤

Autrefois, au théâtre, on me confiait des rôles de jeunes premiers, maintenant, on me confie des rôles de vieux derniers.

¤¤¤

La bêtise m’a toujours fait rire. Surtout quand elle n’est pas voulue.

¤¤¤

Il est bon comme écrivain. C’est lui qui écrivait tous les textes du mime Marceau.

¤¤¤

On a dit de moi que je n’étais pas toujours bon… Sans doute s’agissait-il de gens qui sont toujours mauvais ?

¤¤¤



« On » pronom indéfini, genre bête. Employé uniquement par les faux-culs.


¤¤¤


La stratégie dans l’administration est de partager les tâches pour supprimer les responsabilités. C’est la raison pour laquelle le fonctionnaire prolifère, puisque n’étant pas pénalisé, il jouit toujours d’une bonne santé.


¤¤¤


« Autrefois, vous étiez mon Roi de Cœur… Aujourd’hui, vous n’êtes plus que mon valet de pique ».


¤¤¤


« Bonjour Pépère. Alors, on commence à sentir la résine ? »


¤¤¤


« Autrefois vous étiez homme à tout faire. Aujourd’hui, vous êtes homme à ne rien faire ! »


¤¤¤


« Je t’ai dit bonsoir, ce matin ?
-Non. Tu m’as dit bonjour, ce soir. »


¤¤¤


« Déjà qu’il a un regard bovin, s’il se met à regarder les trains, il va finir par donner du lait ! »


¤¤¤


« Comment, monsieur le guichetier de La Poste, vous ne voulez pas me remettre mon colis, sous prétexte qu’il est au nom de ma femme ?
Pourtant, sur ma carte d’identité, il est spécifié que je suis bien sa femme et qu’elle est bien mon mari. »



¤¤¤


On en veut souvent à celui qui a exprimé une bonne idée. Car on lui reproche de ne pas nous l’avoir soufflée, pour la formuler en premier.

¤¤¤


« Il y a belle lurette que sa femme le trompe ! A tel point qu’une armée de capricornes a fini par se mettre dans les cornes du mari et que, même avec un traitement de fond, on ne pourra même pas les en déloger ! »


¤¤¤


« Tous les voyants sont au vert ». Cela ne veut pas dire forcément qu’Elisabeth Teissier est à la campagne, mais qu’elle a entamé une conversation avec les asticots…
- !!!
- Ah bon ? Même pas ? »

¤¤¤

Il parlait, parlait, parlait tellement, qu’à la fin je me suis retrouvée enceinte de six mois.

¤¤¤

« Mange mon ami! Mange ! Mon mari aime tellement la pêche qu’il va finir par trouver des arêtes dans le poulet ! »

¤¤¤


Heureusement qu’il y a des pourris sur terre, sinon il n’y aurait plus de place au paradis.

¤¤¤

Quand on verra des Sénégalais dans les rues de Pékin, on pourra dire que les Chinois ont mis de l’eau dans leur alcool de riz.

¤¤¤


Ne me parlez pas de la lune ! On y est allé… On en est revenu !


¤¤¤

« Mais pourquoi diable a-t-il tiré sur l’émissaire ?
-Un drapeau blanc, sur la neige, ça ne se voit pas ! »


¤¤¤

J’aime les côtes à condition de les prendre dans le sens de la descente.

¤¤¤

« Ah ! Si la vie était comme les côtes et qu’on puisse la prendre dans le sens de la descente !
-Ca t’avancerait à quoi ?
-A rien.
-Alors ?
-C’était histoire de changer un peu. »

¤¤¤

Les Princes préfèrent les cons pour les dominer plus facilement.

¤¤¤

Il n’y a pas d’amour sans tolérance. L’inverse est encore plus dur.

¤¤¤

Non. Je crois qu’il n’y a rien là-haut. Et le plus fort, c’est de savoir que les rastaquouères, qui nous ont tant fait suer sur terre, ne seront jamais punis !

¤¤¤

Seul l’homme rit ; la femme « nicasse ».

¤¤¤

Il est entré dans la mort comme on entre dans l’eau, en la tâtant du bout des orteils, pour voir si elle était bonne.

¤¤¤

C’était un comédien qui avait une telle personnalité, qu’à côté de lui, les personnages qu’il interprétait étaient bien ternes !

¤¤¤

Il était si orgueilleux qu’il avait fini par croire qu’il était plus fort que l’oiseau.
Quelle humiliation pour lui quand il s’est jeté du huitième ! Il avait oublié qu’il n’avait point d’ailes !

¤¤¤

Lui as-tu dit qu’il était con ?
-Non.
-A quoi ça sert de cacher la vérité aux gens !?



¤¤¤

Souvenir de théâtre :
Le comédien a un trou… Il blêmit, balbutie, crie au sauve- qui- peut, sollicite la souffleuse, qui, pour l’aider, lui parle comme à un petit garçon: « Non, non, non… C’est pas ça du tout ! »

¤¤¤

Qu’elle est belle cette maison ! Encore des gens qui ont pognon sur rue !

¤¤¤

Ce tableau m’a coûté la peau des fesses.
- Comme quoi il y a des postérieurs qui valent de l’or… Et dire qu’il y en a qui s’assoient dessus ! Quel gâchis !

¤¤¤

Lui as-tu dit qu’il était con ?
-Non.
-Quelle cruauté ! Il fallait au moins lui laisser une chance de s’améliorer !

¤¤¤


Qui refuse la mort n’accepte point la vie.

¤¤¤

Naître c’est prendre des risques.

¤¤¤

Je savais qu’il y avait de la bêtise en lui, mais j’ignorais qu’elle fût si profonde.

¤¤¤

« Il a eu le cancer. On l’a sauvé, dit le premier.
-Pour savoir s’il est sauvé, répond l’autre. Il faudra attendre sa mort.
S’il meurt de la grippe, on pourra effectivement dire qu’il a été sauvé du cancer. »

¤¤¤

Il suffit de nommer un arbre pour donner un nom à la forêt.

¤¤¤¤

« Qu’est-ce qu’il fait comme métier ?
-Il fait le con.
-C’est un métier, ça ?
-Non. C’est une vocation. »

¤¤¤

Si le latin des curés est l’opium du peuple, l’hébreu des pédagos est l’opium de l’enseignant.

¤¤¤

Entre le bac cuisine et le bac de technicien de surface, je n’en connais qu’un seul : le bac à vaisselle !

¤¤¤

L’école a réussi le tour de force de mettre les enseignants à l’intérieur et les enfants dehors ! Admettez que c’est peu banal comme situation.

¤¤¤

 

C’est quand je ne fais rien que je travaille le plus.

¤¤¤

L’école est mauvaise pour les bons.

¤¤¤

Sur un écriteau fixé à la porte d’un collège :

« Les parents d’élèves sont informés que les professeurs seront remplacés les dimanches et jours fériés ainsi que durant les congés scolaires. »

¤¤¤


Les mots que j’ai écrits sont si violents que ma page en tremble encore !

¤¤¤


Je te lèche mon nounours pour ne pas qu’on dise de toi que tu es un ours mal léché.

¤¤¤

Si je me promène avec une poche de glace sur la tête, c’est pour garder mon sang froid.

¤¤¤

L’homme inventa les dieux. Quant au diable, il n’eut rien à faire. Il existait déjà.

¤¤¤

Le premier qui éternue dans la salle, je le mouche !

¤¤¤

Un bateau est en train de couler. Sur le pont, il y a une jolie fille et un laideron. Vous voulez les sauver toutes les deux, mais vous ne pouvez prendre qu’une personne à bord de votre canot. Qui prenez-vous… ?
La jolie fille ? C’est humain.

¤¤¤

Etre bête, n’a jamais fait mourir personne. Ce qui est infiniment regrettable… Ca aurait fait de la place sur terre.

¤¤¤

La médecine. Même à deux vitesses. Ca va encore. Mais le jour où elle va enclencher la cinquième, il va falloir s’accrocher !

¤¤¤

De nos jours, un livre scolaire c’est 1% de texte pour 99% d’images. Tous les ordinateurs du monde entier vous le diront. Les photos, c’est ce qui pèse le plus quand on envoie un mail.
Pas étonnant que les cartables des collégiens soient si lourds !

¤¤¤

Comment se fait-il qu’il ait subi un double pontage coronarien alors qu’il n’a pas de cœur ?

¤¤¤


L’église de mon village sonne les heures deux fois. Une première fois pour les sourds. Une seconde fois pour les malentendants.

¤¤¤

Expliquez-moi pourquoi on met autant d’obstacles sur les routes –ralentisseurs, chicanes, ronds-points, dos d’âne - alors que l’essence est si chère ?
Que n’économiserait-on pas avec une bonne ligne droite !

¤¤¤

Jojo, il a une tête à rentrer du bois pour l’été.

¤¤¤

Ne me dites surtout pas que le sport conserve alors que les footballeurs prennent leur retraite à trente ans !

¤¤¤

La retraite à 62 ans pour tout le monde. Pour les footballeurs. Comme pour les politiques… Chacun doit participer à l’effort national !

¤¤¤


Cette personne-là, c’est comme ta colle. Elle a un fort pouvoir couvrant.

¤¤¤

Il est facile de faire croire à quelqu’un qu’il est bête. Il suffit de le lui dire… L’intelligent le croira. L’imbécile le niera.

¤¤¤

On apprend beaucoup au contact des imbéciles. Notamment ce qu’on ne doit pas faire.

¤¤¤

Le beau n’a pas besoin d’explication, le laid doit rendre des comptes.



¤¤¤

« Salut Jojo ! Qu’est-ce qu’il fait ton père ?
-Il grossit. »

¤¤¤

Le credo du médecin :
Mieux vaut tenter de guérir que prévenir. Ca rapporte davantage.

¤¤¤

Elle est belle. Elle est très belle. Si belle qu’un essaim d’abeilles est venu la butiner. La prenant pour une rose.

¤¤¤

Sa beauté est un leurre… aux hommes comme aux abeilles.

¤¤¤

Sa dentition était telle qu’on se demandait comment sa langue pouvait encore tenir dans sa bouche.

¤¤¤

J’ai deux profils : l’un pour la grimace, l’autre pour le sourire.

¤¤¤

La Camarde :
De toute façon, on va tous se faire avoir. Et le pire, c’est les jeunes !
C’est plus fort qu’eux. Il faut qu’ils soient les premiers ! Alors, ils doublent. En pleine côte. Et sans visibilité.
Mais à quoi ça les avance d’arriver plus vite que les autres, puisqu’ils n’iront pas plus loin !

¤¤¤

Fermer les yeux sur des actes délictueux, c’est les légitimer.

¤¤¤

La foi est le masque de la vérité.


¤¤¤

L’argent c’est l’uniforme des cons.

¤¤¤

Etre redevable à quelqu’un, c’est déjà le début de l’esclavage.

¤¤¤

Il n’y a rien de pire que de se savoir déchargé d’une tâche par son supérieur, en faveur d’un incapable, alors qu’on en a les capacités.


¤¤¤

Je ne suis pas toujours bon. Mais je m’estime meilleur que ceux qui sont toujours mauvais et auxquels on fait croire qu’ils sont bons.

¤¤¤

Jojo, lui, n’a pas attendu le printemps pour être allergique au boulot.

¤¤¤

Cyprès, platanes et boulots sont les espèces qui provoquent le plus de manifestations allergiques.


¤¤¤

A partir d’un certain âge, on ne peut plus s’aplatir devant les gens. On aurait bien trop de mal à se relever.

¤¤¤

On est coincés. La mort nous guette. Et on ne peut même pas se suicider pour l’éviter.

¤¤¤

« Monsieur le Vendeur, c’est votre numéro de téléphone que vous avez mis sur cet article ?
-Non. C’est le prix ! »

¤¤¤

Dieu, c’est quoi… ? Tout ce qu’on ne comprend pas.
Une tentative d’explication en quelque sorte.

¤¤¤

Il y a de l’art partout. Même dans le haricot.

¤¤¤

« Il est plus bête que méchant, » n’est pas une excuse. Quand on sait que la bêtise conduit toujours à la méchanceté.

¤¤¤

Aujourd’hui, tous les vols sont annulés.
-Ouf ! Plus besoin de surveiller mon sac à main !

¤¤¤

La différence entre le vol du bourdon et le vol à la tire, c’est que le premier pique alors que le second cherche à ne pas se faire piquer.

¤¤¤

Le coup de pied est au cul ce que le degré est au thermomètre. Il y a le normal et le ressenti.

¤¤¤

On ne doit jamais laisser la parole aux gens, même quand ils n’ont rien à dire.

¤¤¤

Laissons parler ceux qui n’ont rien à dire. Ils ont toujours quelque chose à nous apprendre.

¤¤¤

« Vous avez complètement manqué les éliminatoires du cent mètres. Que s’est-il passé ? Et comment comptez-vous gérer les autres épreuves?
-J’avais trop de pression. J’ai arrêté la bière. »

¤¤¤

« On m’a coupé la jambe et j’ai toujours mal aux pieds.
-Moi, on m’a tranché les deux oreilles et j’ai toujours des otites.
-Quant à moi, depuis que je suis mort, mes ongles n’en finissent pas de pousser. A tel point qu’on a dû faire appel à une manucure !
-C’est comme ma femme. Dix ans après l’avoir enterrée, je l’entends encore gueuler. »


¤¤¤

« Rien que de penser à l’incinération, ça me fait froid dans le dos ! »

¤¤¤

A force de trouver aux gens des qualités qu’ils n’ont pas, on finit par leur pardonner ce qu’on ne pardonnerait pas à ceux qui en sont naturellement pourvus.

¤¤¤

Pour quelqu’un qui adore la mer, c’est dur d’être incontinent.

¤¤¤

On dit du mal de tout le monde. Même de Dieu. C’est pour cela qu’il ne se montre pas. Sinon on lui en dirait davantage.

¤¤¤

Il jouait du silence comme on joue d’un violon. Il en tirait des sons dignes d’un virtuose.

¤¤¤

Le ciel est si gris qu’on voudrait l’aider à faire pleuvoir.

¤¤¤

Pendant que « Président » fait son beurre, le contribuable fait de l’huile !

¤¤¤

« Mesdames et messieurs ! Après concertation du jury, cette année, les Jeux Olympiques d’hiver auront lieu au Sahara et ceux d’été au Groenland ».

¤¤¤

Les montres sont étanches jusqu’à 30 mètres. Pour plonger ses mains dans le bac à vaisselle, il y a de la marge !

¤¤¤

Il a toujours ramé. Pourtant, il habitait en plein désert de Gobi.

¤¤¤

« Où qu’c’est qu’il est don’ ton Mathieu ?
-Dans sa chambre. Il écoute de la musique péquenot. »

¤¤¤

« Encore une manifestation paysanne ?
-Non. Une péquenot-parade ! »

¤¤¤

Ils ont perdu ? Forcément, ils avaient mis un Ivoirien dans les buts !

¤¤¤

Les jours ont rallongé ? Tiens ! Je n’avais pas remarqué. Alors, ils ne font plus vingt- quatre heures ?

¤¤¤

L’homme est un bipède qui marche sur la tête.

¤¤¤

« Je suis dans la Drôme. Et vous ?
-Moi je suis dans la mouise. »


¤¤¤

La pollution est telle qu’un jour je suis entré à Paris aux bras de ma femme et que j’en suis ressorti le lendemain aux bras d’une autre.

¤¤¤

Samedi dernier j’ai vu ta femme entrer chez le bijoutier.
-Tout le monde a droit à la présomption d’innocence.

¤¤¤

Merci pour votre charmante invitation. Mais je vous prie de bien vouloir m’excuser car ma base virale n’a pas encore été mise à jour.

¤¤¤

J’ai bu vos paroles. Me voilà ivre à présent.

¤¤¤

Il est tellement gros que lorsqu’il crache par terre, ça tombe sur son veston.

¤¤¤

Sur cette île, plus de la moitié des jeunes ont 70 ans.

¤¤¤

Pour transformer une défaite en victoire, il suffit de l’essuyer.

¤¤¤

Ne vous fiez pas au géomètre. Le compas qu’il avait dans l’œil a fini par lui crever les deux yeux.

¤¤¤

Réhabilitons l’échafaud ! Lequel a constitué pour les suppliciés une véritable tribune qui a permis à pas mal de bons mots de passer à la postérité. « Aïe ! » et « Ouille ! » sont encore parmi les plus employés aujourd’hui.

¤¤¤

Il n’y a rien de plus dangereux que les évidences car elles crèvent les yeux.

¤¤¤

Comme le flamant rose venait de Bosnie-Herzégovine, et non des Flandres, on l’a appelé le Bosniaque rose.

¤¤¤

« Il travaille avec brio, fait l’un.
- Il n’a jamais su être autonome, » répond l’autre.

¤¤¤

Historique !
2 015 ! Création de l’observatoire pour la prévention contre la bêtise humaine.

¤¤¤

A une sauteuse en longueur :
Nelson Montfort : « Belle planche ! »
L’athlète : « Non mais dites donc ! »

¤¤¤

C’est de quel côté l’amour ?

¤¤¤

Depuis que je suis « bailleur de fond », j’ai du mal à fermer la bouche.

¤¤¤

Chère Madame,
Je vous prierais de bien vouloir ne pas m’inviter pour l’instant. Ma base virale n’a pas encore été mise à jour.
Bien à vous.
Votre obligé Coco

¤¤¤

Comme elle est toujours barrée, j’ai mis une puce à ma femme pour savoir où elle est. Depuis elle se gratte tout le temps.

¤¤¤

« Qu’est-ce qu’ils font tous ces gens-là à marcher en dormant ?
- Ils ne dorment pas. Ils téléphonent. »

¤¤¤

J’ai délocalisé ma belle-mère.

¤¤¤

La pub qui ne sert à rien :
« Ribeiro Rochers d’Argent! La gourmandise vient en mangeant !
Pour votre alimentation, évitez les aliments sucrés, salés ! »

Ce n’est donc pas la peine d’en acheter !

¤¤¤

Le volant des socialistes est à gauche, mais ils roulent à droite et souvent dans le fossé.

¤¤¤

Libérer les minorités, c’est affaiblir la majorité. Car les minorités sont nombreuses alors que la majorité, il n’y en a qu’une.

¤¤¤

J’ai prêté mon oreille à quelqu’un qui ne me l’a jamais rendue. Depuis je suis sourd comme un pot.

¤¤¤

C’est une femme qui aime les belles toilettes. La prochaine fois, je lui ferai visiter les miennes.

¤¤¤

Fermer les yeux sur l’évidence, c’est l’ouvrir sur le déni.

¤¤¤

S’il y en a qui trient les lentilles pour chercher des cailloux, moi je trie les cailloux pour chercher mes lentilles.

¤¤¤

Sur la liste des absents, il est toujours présent.

¤¤¤

A Paris, circulation alternée imposée. Chez moi, mariage alterné décrété.

¤¤¤

Ce livre est si plaisant qu’il se lit les yeux fermés.

¤¤¤

X : J’ai une perruque, un dentier, deux sonotones et un pacemaker. Qu’est-ce que
j’ai encore à moi ?

Y : La langue.

¤¤¤

Vous me trouvez petit ?
De loin, une personne apparaît minuscule. Alors que de près, elle apparaît beaucoup plus grande. Pourtant, c’est la même personne. Ni plus grosse. Ni plus maigre qu’avant. La prochaine fois que vous me rencontrerez, vous n’aurez qu’à vous dire que je suis loin de vous. Et vous m’en aimerez davantage.

¤¤¤

J’ai regardé la descente à la télé. Les skieurs allaient à toute vitesse. Pourquoi n’organise-t-on pas des épreuves de descente ? Mais dans le sens de la montée ?

¤¤¤

En vieillissant, on maigrit toujours un peu. Mais, c’est en hauteur. C’est pour ça que ça ne se voit pas.


¤¤¤

On dit toujours que la mer est d’huile. Mais ce n’est pas la peine de se cacher. Elle a la trouille ! Tout simplement. Et elle ne veut pas l’avouer … Ben, voyons !

¤¤¤

Peut-on rire d’un sourd quand on est soi-même aveugle des deux yeux ?

¤¤¤

Comme elle est née par temps clair, on l’a appelée « Claire ». S’il avait été couvert, on l’aurait appelée « Sombre ».

¤¤¤

La croqueuse de diamants faisait du veuf avec du vieux.

¤¤¤

A chacun son métier : Ma femme a la main verte, moi, je l’ai noire. Et notre fils est un col blanc.

¤¤¤

Ce mec-là, il est plus difficile à dessaler que l’eau de mer. Même qu’après, il n’est toujours pas potable !

¤¤¤

Pour les joueurs, c’est une promenade de santé, vu que le score est acquis. A qui ? A qui ? Justement. A qui il est, le score ?

¤¤¤

Il est tellement naïf qu’il avale tout Même le bon vin !

¤¤¤

Etre inutile à quelqu’un est une magnifique raison de lui pourrir la vie.

¤¤¤

Je suis à l’école de ceux qui ne me ressemblent pas. Parce qu’au moins, elle a quelque chose à m’apprendre que je ne connais pas.

¤¤¤

Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console.

¤¤¤

Vieux comme mes robes. (Hérode)

¤¤¤

A rester toujours assis, on a des ampoules aux fesses.

¤¤¤

Le mort est content. Il a goûté à la bière. Il a dit qu’elle était bonne.

¤¤¤

On amarre les bateaux. Certes. Mais il n’y a pas que les bateaux qui en ont marre !

¤¤¤

Chez lui, ça sent tellement l’ennui, que même sa porte reste entrebâillée.

¤¤¤

Gagnons du temps, voulez-vous…Dites-moi tout de suite pourquoi vous m’invitez. Puisque vous m’invitez toujours par intérêt.

¤¤¤

Votre unique but, c’est de gagner la coupe du monde de football…? Comment voulez-vous la gagner avec un seul but ?

¤¤¤

C’est toujours quand une idée me taraude que j’ai un trou de mémoire.

¤¤¤

Qu’est-ce que vous faites avec votre mètre pliant ?
- Je mesure mes propos.

¤¤¤

Qu’est-ce que vous cherchez ?
-Ma langue. Je l’ai perdue.

¤¤¤

A force de boire mes paroles, il ne tenait plus debout.

¤¤¤

A partir de combien de personnes, peut-on parler de foule ?

¤¤¤

Il y a six milliards de personnes sur terre. Si le ridicule pouvait tuer, nous serions bien moins nombreux.

¤¤¤

Il y a des silences si profonds qu’on pourrait s’y noyer.

¤¤¤

J’ai mal.
- Appelle le médecin.
- J’ai le temps. La douleur, elle ne va pas s’en aller.

¤¤¤

Il ne faut pas camper n’importe où. J’ai souvent planté ma tente à la campagne, à la montagne ou au bord de la mer. J’en suis revenu. Depuis, je campe sur mes positions.

¤¤¤

Quand on s’appelle « Cornu », il vaut mieux rester célibataire. On prend moins de risques.

¤¤¤

L’égalité homme-femme, moi j’y crois. Tiens, Germaine ! Porte-moi donc ce sac de ciment !

¤¤¤

Tiens !? Tu fais du naturisme ?
? C’est pour contrôler mes mélanomes.

¤¤¤

Elle aimait tellement parler qu’elle faisait les demandes et les réponses pour pouvoir garder la conversation plus longtemps.

¤¤¤

Elle quitta son mari, incontinent. Normal ! Elle en avait assez d’être mouillée !

¤¤¤

Mon docteur a dit qu’il allait en référer au Comité des tiques. A mon avis, il a dû se faire piquer !

¤¤¤

Depuis qu’on a donné la parole aux cons, ils ne nous l’ont jamais rendue.

¤¤¤

Sans ses subordonnés, un chef n’aurait jamais pu être chef.

¤¤¤

Comme elle ne savait rien, elle fit croire qu’elle savait tout. Et tout le monde l’a cru. Après, on n’était pas plus avancé qu’avant.

¤¤¤

Bonne fête Simone! Aujourd’hui, c’est ta fête. C’est la journée mondiale de la peste.

¤¤¤

Au lieu de faire, il vaut mieux faire faire.

¤¤¤

Ne dites pas : « Ce footballeur a envoyé le ballon aux prunes ! ». Dites qu’il n’avait pas les bons appuis.

¤¤¤

Il est formellement interdit de pleurer dans le désert. Il ne faut pas gaspiller l’eau !

¤¤¤

Au championnat d’Europ de judo, Marcel Dupond s’impose avec brio…
-- Il a toujours compté sur les autres !

¤¤¤

Je suis pour la dépénalisation du cannabis. Comme cela mes électeurs ne se rappelleront plus qu’ils ont voté pour moi.

¤¤¤

Moi ? Monter au ciel ? Impossible ! Sûr que les asticots vont me bouffer avant.

¤¤¤

Elle est bien ta femme. Tu l’as eue où ?
-- A Kiloutou.

¤¤¤

« Remettez à une date ultérieure votre relation avec cette femme. Une mise à jour de ses ressources est en cours. Veuillez patienter. N’appuyez pas sur votre télécommande. »

¤¤¤

Le condamné au bourreau qui l’attend, au pied de la guillotine : « Avez-vous au moins pensé à stériliser la lame ? »


¤¤¤

Maurice a cassé sa pipe ? Je ne savais pas qu’il fumait.

¤¤¤

J’en avais tellement marre d’arroser mon jardin, que je l’ai fait au fond de la mer.

¤¤¤

On peut peindre une fleur, jamais son parfum.

¤¤¤

Dans le maniement d’armes, il y a des commandements qu’il convient d’éviter. Par exemple :
- Garde à vous !
- Reeepos !
- Garde à vous… !
- L’arme à gauche…gauche !
C’est comme cela qu’on perd une guerre.

¤¤¤

Comment résoudre le problème des déserts médicaux ?
- En mangeant des pommes, car : « Une pomme par jour éloigne le médecin ».

¤¤¤

Braquage dans une librairie : plus de cinq mille ouvrages dérobés !!!
- Chouette ! Le niveau intellectuel a beaucoup progressé en France.

¤¤¤

Il n’entendait que d’un œil et ne voyait que d’une oreille … Sur terre, il y a vraiment des gens mal foutus !

¤¤¤

Il régnait un tel silence qu’on entendait les escargots marcher sur la pointe des pieds.


¤¤¤

Football :
Le gaucher n’avait pas de pied droit. C’est pourquoi, il ne courait que sur une jambe. Même que sur le terrain, ses adversaires l’appelaient « le droitier contrarié ».


¤¤¤

En incrustation à la télé :
Ce programme est en auto description pour les téléspectateurs mous du bulbe.

¤¤¤

Le problème avec les gens c’est qu’ils ne voient que ce qu’ils font pour les autres et non ce que les autres font pour eux.
Il est vrai qu’ils en font si peu qu’ils n’ont aucun mal à s’en souvenir.

¤¤¤

La herse du paysan calligraphie sur la terre ce que la plume du poète écrit sur le papier.

¤¤¤


J’ai donné aux Petits Frères des Pauvres, aux Grandes Sœurs des Riches, à Action contre la Faim, à Action contre la Soif, à Sidaction, à Grippaction, à la Ligue Mondiale pour les Soins Liés aux Troubles Hormonaux, à la Société des Chômeurs de Longue Durée, à celle des Travailleurs Clandestins, puis à celle des Ouvriers Légaux. Maintenant, je n’ai plus un rond.
Prière de m’envoyer un chèque à l’Association des Donneurs de Dons, dont je suis, pour l’instant, l’Unique Président.

¤¤¤

 

Biographie
Théâtre
Sketches
Contes
Poésie
Réflexions
Romans
Accueil